Le Triangle d’or de la communication web | Le Cercle Les Echos


See on Scoop.itWeb 2.0 New Technologies

See on lecercle.lesechos.fr

Le Harry’s New York Bar Paris vers le Web Mobile #harrysbar #e20 #solomo


Qui n’a jamais entendu parler de la fameuse anecdote des élections américaines, qui veut, que la population américaine à Paris vient voter de façon fictive avant chaque élection du président des Etats Unis au Harry’s New York Bar Paris, et rendre un verdict quasi exact bien avant le dépouillement des vrais résultats ?

En 100 ans, 2 erreurs seulement… et pour des raisons « extra ordinaires »…

Les Média se sont emparés de l’affaire et sont désormais systématiquement présents tous les 4ans au mois de Novembre pour relayer les résultats avant l’heure ! Notre élection franco-française et ses résultats sur les réseaux sociaux avant l’heure ont bien un précédent…, et un énorme !

A propos de Réseaux Sociaux, de diffusion d’infos, le Harry’s New York Bar Paris, est en train de prendre aussi une longueur d’avance sur ses confrères ! En effet, le site Web va prochainement devenir un site mobile, et chacun pourra suivre l’actualité de ce lieu Mythique et quelque part Magique, directement sur son portable !

Vous voulez en avoir un aperçu ? Vous voulez vous aussi contribuer, en tant que Fans du 2.0 à l’élaboration de son site mobile/application :

Flashez donc ce code :

Et n’hésitez pas à nous faire part de vos remarques !

Quand la convivialité du Web 2.0 se retrouve autour d’un verre, ça devient du Web Social IRL vraiment collaboratif 🙂

Cheers !!!

https://www.facebook.com/pages/Harrys-New-York-Bar-Paris/148282981897528

Comment s’explique la montée en puissance du Web 2.0 #mediasociaux #web20


by Fredwpt 06/09/2011

Une vidéo de 15 min permet de comprendre de façon très pédagogique comment depuis Gutenberg et l’imprimerie, les nouvelles technologies ont évolué pour en arriver à ce que l’on connaît aujourd’hui avec la Force d’internet, la connexion globale et ses conséquences.

 

Google Apps Marketplace : de plus en plus d’applications collaboratives en ligne


Extrait d’un article de Blog de Frédéric Cavazza

La marketplace d’applications d’entreprise de Google

En poussant la réflexion un peu plus loin, nous pourrions même dire que c’est Microsoft qui a inventé ce modèle avec Windows : un environnement d’exécution pour des logiciels et périphériques commercialisés par des partenaires devant verser une « taxe de compatibilité ». Ce principe est-il discutable ? Non pas du tout, c’est le prix à payer pour avoir un environnement de travail et de loisir qui soit le plus riche possible. Certains font le choix, comme Apple, de sacrifier la diversité au profit d’une expérience d’utilisation plus homogène (et plus qualitative), mais dans cette histoire j’ai l’impression que tout le monde y trouve son compte.

Pourquoi est-ce que je vous raconte tout ça ? Tout simplement car ce principe d’App Store pourrait tout à fait trouver sa place en entreprise. Tout ce dont l’entreprise a besoin, c’est d’un écosystème de développeurs suffisamment vaste pour pouvoir servir la demande. Les grands groupes internationaux, banques, assurances et autres gros industriels y trouveraient ainsi un cadre tout à fait intéressant pour faire évoluer leur S.I.

Dans cette histoire, tout le monde y gagnerait :

  • Les utilisateurs pourraient faire évoluer leur poste de travail plus facilement (en fonction de leurs besoins) ;
  • Les DSI pourraient surveiller le parc de façon beaucoup plus efficace (qui à installé quoi et s’en sert quand) ;
  • Les éditeurs pourraient avoir une vision plus précise sur la façon dont leurs outils sont appréhendés (évaluations, nombre d’installations, usages…) de même qu’un processus de mise à jour bien plus simple ;
  • Les directions métier et MOA bénéficieraient d’un cadre plus rigoureux pour faire leurs expressions de besoins.

Vous pourriez me dire que cette vision est très naïve et que le principe d’urbanisation des S.I. existait bien avant les App Stores, mais je ne peux m’empêcher de penser que le grand public ayant été éduqué selon le modèle iTunes, il sont maintenant plus enclin à reprendre l’initiative sur leurs outils informatiques.

Nous parlons alors d’une plateforme complète proposant :

  • Un ensemble de flux de données brutes publiées dans un format standardisé ;
  • Des outils de création d’applications qui exploiteraient ces flux de de données ;
  • Une place de marché de distribution des applications avec un mécanisme de recommandations en fonction de votre fonction ;
  • Un système de mises à jour simplifié (pour les flux et les applications).
Extrait d’un article de Blog de Frédéric Cavazza
LIRE LA SUITE SUR Entreprise 2.0

Panorama des réseaux sociaux, avril 2010


Date Posté le 15 avril 2010 (source Weboscopie.com)

Social Media Prism by EthorityLa société Ethority vient de publier sa seconde version du désormais célèbre Prisme des Réseaux Sociaux.

Inspiré du « Conversation Prism » créé par JESS3 et Brian Solis en 2008, ce prisme des Réseaux Sociaux est probablement la représentation graphique la plus réussie des réseaux sociaux. Synthétique, ordonnée, et plutôt agréable à regarder, qui dit mieux ? :)
Petit bémol cependant, Ethority étant une société allemande (basée à Hambourg), ce prisme se concentre sur les réseaux sociaux phares en Allemagne, mais pas t’inquiétude, vous y retrouverez bien évidemment les principaux réseaux internationaux.  A quand le même prisme pour la France ?

Les options de téléchargement sont nombreuses, à vous de choisir le format qui vous convient le mieux : pour cela fendez-vous donc d’une petite visite sur http://social-media-prisma.ethority.de/.

Le web 2.0 sur mobile devrait exploser


Près de 19 milliards de dollars pour 2014 ! C’est le montant faramineux que devrait atteindre le marché des applications web 2.0 sur mobile à l’horizon 2014 selon Juniper Research.

01net.
le 30/03/2010 à 17h22

Difficile à croire aujourd’hui, mais selon la société d’études Juniper Research (qui n’a aucun rapport avec l’équipementier télécoms Juniper Networks), la voix sur IP (VoIP) sur téléphones mobiles sera le service moteur du marché du web 2.0 mobile en 2012.

Déjà, certains opérateurs européens comme T-Mobile en Allemagne ou 3 en Italie commencent à lancer de tels services. En France, Bouygues Telecom, Orange et SFR bloquent encore cet usage pour des raisons financières évidentes : la VoIP les prive des substantiels revenus que génére encore le trafic de la voix sur leurs réseaux.

Selon les analystes, le principal frein à la généralisation de ce type de services est l’absence de modèles économiques pour le web 2.0 mobile. Mais si de tels modèles étaient trouvés et les usages massivement adoptés, le marché des applications web 2.0 de gestion de la présence, de géolocalisation et de réseaux sociaux sur mobile pourrait peser plus de 6 milliards de dollars en 2012. Et avec la VoIP, ce marché des applications représenterait près de 19 milliards en 2014, rapporte Juniper Research.