Curation : coup de gueule sur ce nouvel effet de mode, et les effets induits…


by moi-même (pour une fois)

Si je prends exceptionnellement « ma plume » pour faire « un papier » sur le sujet, (et que je ne « copie » pas les articles des autres…) c’est que j’ai été un peu exaspéré ces derniers temps par d’une part tous les débats qui ont eu lieu autour de la curation, voire d’un nouveau métier, celui du Curateur ou Curator, et d’autre part par rapport à quelques remarques auxquelles j’ai eu à faire face moi-même au sujet de ce Blog.

J’en profite au demeurant pour dire à ceux qui ne le sauraient pas, que ce blog n’a aucune prétention et que je n’ai aucune volonté de détourner ou de créer du trafic (il n’y a d’ailleurs aucune pub Google ads ou autre dessus) : il a été créé à l’origine pour faire une revue de presse améliorée à destination d’une population d’entreprise pour sensibiliser les salariés sur le 2.0 et les nouvelles technologies associées, et a simplement été laissé « ouvert » à tout le monde par souci de partage.

Pour en revenir au sujet principal, je trouve que le Web et ceux qui s’en disent les experts ont une propension assez forte  à inventer ou relayer des termes technocratiques qui feraient fuir les « profanes », et à se monter le bourichon autour de pseudos débats de supposés experts.

Oui, on voit apparaître en effet des outils complémentaires à de simples trackeurs de flux RSS (Google Reader, Netvibes et consors…) tels que PaperLi, SoopIt etc.

Oui, on peut penser que la monté en puissance et la croissance de l’information mérite qu’on la synthétise autour d’une thématique pour en favoriser la lecture à ceux qui trouveraient un intérêt particulier à cette même thématique.

Oui, on peut penser aussi qu’on a un intérêt pour une entreprise (comme pour la création de ce Blog) à « curer » de l’information ciblée pour la redistiller dans un but précis; en quelque sorte faire de la veille, ou une revue de presse améliorée.

Oui, on peut penser qu’on a un intérêt justement à faire de la veille afin d’observer un certain nombre de tendances, benchmarker des pratiques, et/ou aller chercher des idées pouvant inspirer un business, et recommander des plans d’actions en conséquence.

Non, je ne pense pas qu’il faille en faire autant autour d’un pseudo métier qui n’existe pas pour l’instant à ma connaissance. Sauf à me prouver le contraire… Qui a vu des annonces d’emploi de Curator sur les sites de recrutement ?… Qui connait autour de lui un salarié qui a officiellement endossé cette mission ?… Tout au mieux, quelques personnes ont adopté ce rôle que l’on qualifie parfois de façon péremptoire (ou à défaut exagérée) d’Analyste Stratégique en parallèle de son Métier de Community Manager (ou autre)

Certains vont même jusqu’à donner de bons conseils, ou des leçons sur la Déontologie de la Curation… sur la Bonne Manière de le faire et par rapport à la propriété intellectuelle ou du trafic que l’on serait susceptible de détourner.

Que l’on cite l’auteur d’un article et qu’on renvoie par un lien hypertexte sur le texte ou site d’origine sans en détourner le sens me paraît être effet un Must pour respecter le vrai travail de recherche et éditorial quand il existe. Pour le reste, il ne faut pas exagérer et il faut savoir observer avec objectivité les choses dans les deux sens : à qui profite la reprise et le renvoi ?

J’ai été moi-même « accusé » plus ou moins « gentiment » de le faire sur ce Blog parfois du détournement ou du pompage.

Et je me suis aperçu malgré les renvois vers les sites d’origine et la citation des auteurs, que j’avais agacé… en reprenant trop de pourcentage dudit article. Soit…

Curieusement toujours des blogueurs en mal de notoriété (ou de revenus) ou épris de reconnaissance ou des soit disant Spécialistes du Web, mais jamais de vrais journalistes… C’est curieux non ?

Je me suis fait reprendre de volée par pas mal de donneurs de leçons et de têtes bien pensantes, de spécialistes d’un métier qui manifestement sans avoir commencé à exister affole le web sur des débats qui n’en finissent pas…

Alors pour éviter les susceptibilités et les Buzz négatifs qui auraient pu nuire à ma e-réputation… 🙂 , je me suis pressé de rentrer dans le rang, le trouillomètre à zéro, faisant profil bas devant ce lynchage Twittosphérique 🙂

Bref, comme vous l’avez compris je m’en suis en fait bien amusé, et reste convaincu d’une chose : il vaut mieux être copié. Ca veut dire qu’on a toujours un temps d’avance sur les suiveurs; N’est-ce pas M.Steve Jobs ?

J’en profite quand même pour dire à ceux à qui j’aurais détourné des centaines de milliers de visiteurs et quelques cents de cents d’euros pour ceux qui n’auraient pas eu leur centaines de milliers de clics sur le bandeau pub Google Ads de leur site , en particulier les Star Acamédiciens du Web, qui, pensant que sous prétexte que les Camescopes Numériques et appareils photos HD sont à la porté de tous, ils sont devenus les Luc Besson ou Robert Doisneau du journalisme numérique, je suis prêt à les dédommager des droits d’auteurs qui les auraient rendus richissimes si je n’avais pas détourné leurs trafic et leur(s) idée(s) (si tant est qu’ils ne les aient pas curé(e)s eux mêmes…)

Quant à la propriété intellectuelle et au travail de rédaction, alors là, vraiment encore plus désolé !  Je les ai sans doute empêchés d’être le fruit de la spéculation d’un rachat de leur Blog par Marc Zuckerberg en personne !

Alors pardon vraiment à ceux que j’aurais offensés !

Evidemment je suis assez cynique et moqueur. Ne croyez pas que je manque de respect pour les très bons blogueurs et professionnels su Web qui existent vraiment. Mais je crois savoir au regard de leur trafic et de leur notoriété bien justifiés, que ce sont pas ceux qui sont venus parfois se plaindre ou faire des remarques.

Ils n’en sont plus eux à se regarder le nombril et se gargariser en train de se dire qu’ils sont les M.Jourdain de la prose du Web.

@Fredwpt    Faux Curator mais avec un Vrai Franc Parler 🙂

ps : une petite citation qui résume bien ma pensée :  » Le Culture, c’est la mémoire de l’intelligence des autres » (de l’auteur et écrivain Pierre Rey) Finalement, pour la Curation si elle existe, c’est un peu le cas aussi. Autrement dit, les vrais pros et les vrais éditeurs de contenus n’ont pas de souci à se faire