#wisedrinking l’Application Ethylotest by #pernodricard pour une consommation responsable


NEW !

Pernod Ricard se positionne en leader de la consommation responsable d’alcool en lançant la première application mondiale sur ce thème le mois dernier lors de sa journée responsable annuelle.

screen568x568

 

Cette application, disponible dans 80 pays et en 37 langues, sur Iphone et Android, permet aux consommateurs de connaître leur taux d’alcoolémie, d’avoir une revue de leurs consommations pendant la soirée, de suivre sur une semaine ou un mois leurs consommations mais aussi, de manière plus pratique et ludique, de savoir quels sont les moyens de transport les plus proches.

Pernod Ricard a fait de l’éducation des consommateurs à la consommation responsable un axe clé de sa politique de responsabilité sociale. Le Groupe veut faire partie de la solution et se donne les moyens d’y parvenir, à travers un ensemble d’initiatives.

 

Téléchargez cette application et constatez par vous-même !

A appstore-frA googleplay-fr

http://www.wise-drinking.com/

Publicités

Le Triangle d’or de la communication web | Le Cercle Les Echos


See on Scoop.itWeb 2.0 New Technologies

See on lecercle.lesechos.fr

La Tactique du Trou du Cul 2.0 #e20 #CHR20 #CHRD


by fredwpt 08/05/2013

 

A 545492_494307213927636_503719257_n

Ce qui me fait finalement le plus rire un titre comme celui-ci, c’est que la personne concernée va je pense un jour tomber sur cet article, son quolibet, et finir par reconnaître son autoportrait au travers de l’anecdote que je vais vous conter :

En préambule de cette anecdote, je voudrais quand même  rappeler que je suis moi-même évidemment conscient qu’on est toujours le con de quelqu’un d’autre, mais que parfois, certains font l’unanimité, et que le trou du cul dont je vais vous parler va sans doute monter sur le Podium de la catégorie…

****

Il était une fois, un jeune restaurateur manifestement ambitieux et affairiste, avide de mettre en valeur son établissement au positionnement bizarroïde (mélange de deux cuisines n’ayant a priori aucune raison de cohabiter…) qui me contacta via ma page Facebook prétendant vouloir réaliser une application Iphone, et donc vouloir se renseigner sur le prix…

Quand je dis « bizzaroïde » je suis gentil… je devrais dire positionnement issu d’un goût en adéquation avec celui des jeunes de banlieue qui veulent faire dans le Show Off, la réussite facile et clinquante, que ce soit sur la cuisine, la décoration ou les fréquentations…. Si j’ai bien compris également, les fréquentations idéales selon lui étant issues du monde du Show Biz, Sport et Business (NDLR avec peu d’éducation et « beaucoup » de moyens : cad Rappeurs, DJs connus, Footballeurs etc.) La Grande Classe quoi… vous voyez ce que je veux dire…

Sauf que le Trou du cul, qui n’est pas encore arrivé (d’un point de vue moyens) à la cheville des Sportifs, Rappeurs, DJs, Dealers, et cie, qu’il idolâtre n’a qu’une idée en tête : avoir son application Iphone en phase avec son établissement…..

Sans rentrer dans les détails, je lui explique que développer un tel outil ne sert à rien tant qu’on n’a pas d’une part :

  • Acquis les bases d’une communication Web Classique cohérente (référencement ; e-reputation) et une présence bien huilée sur les réseaux sociaux
  • Qu’on n’a pas au moins un site mobile (lié au site d’origine) avant d’aller sur une application
  • Qu’on a conscience qu’Apple ne fait plus que 20% de PDM et que sans application Android a minima, on risque de ne toucher que très peu de monde

Bref,  je lui dis pour faire simple, que faire uniquement une application Iphone seule n’a aucun sens (ou presque) pour un restaurant sans avoir déjà travaillé sur le reste sur le fond au préalable.

On parle de prix d’accompagnement sur l’ensemble de la prestation ; ça a l’air de correspondre à ce qu’avait en tête mon Trou du Cul.. Je pense qu’il a compris mes explications et l’on fixe une date de Rdv pour se voir. Tout semble rouler….

****

Le Rdv étant fixé un vendredi 16h, je prends la précaution de rappeler par sms le matin même que je serai bien présent au rendez-vous de l’après-midi avec une maquette de l’outil personnalisée. Me voilà en chemin quand à 15h30 mon Trou du Cul m’envoie un sms en me disant qu’il a un contretemps et qu’il doit annuler notre rdv… une 1/2heure avant… (et quand j’essaie tout de suite de l’appeler… je tombe sur sa messagerie… Il doit être au plus mal le pauvre…)

Je lui réponds que je peux soit attendre un peu (parti pour parti) ou qu’au pire je peux repasser (car suis dans le coin) le lundi ou mardi qui suivent fin de journée.

« Ok » me répond-t-il, « je vous rappelle. »

Lundi, rien… Mardi, rien…

Moi, un peu énervé d’avoir perdu une après-midi, et de n’avoir rien planifié exprès les lundi et mardi fin d’après-midi suivants, je lui laisse donc différents messages avec des dipos ultérieures.

Et c’est là que je commence à me dire que le Trou du Cul me mène un peu en bateau. On a beau avoir « la patience du jeune entrepreneur », quand on a 20ans de carrière dans de Grands Groupes, la 40aine passée, et que c’est « un gamin  de 25-30ans » qui vous fait ça sans s’excuser, vous commencez à vous dire qu’il se fout peut-être de votre gueule, et que vous iriez bien lui dire en face ce que vous en pensez… (au minimum…)

Une semaine se passe, pas de rappel, et seule réponse à mes sms ou message : je suis en train de montrer un deuxième établissement, je vous rappelle dès que je peux, je n’ai pas le temps de vous recevoir….

Sachant que le Trou du Cul en question, n’a pas le temps de vous recevoir, mais prend quand même le temps de faire n’importe quoi dans sa communication : Spamming Facebook toutes les 5 minutes ET de son profil personnel, ET de la Page de son établissement… avec des photos toutes plus clinquantes et sans intérêt les unes que les autres, et la bave pendante quand un second couteau du PSG (ou joueur d’il y a 15ans) vient parfois manger à sa table, alors que ce petit con (ça change un peu) leur chie dessus régulièrement car il est apparemment supporter de l’OM…

Tout pour plaire…

Epilogue et Morale de l’histoire

Dernièrement, cad env 1,5 mois après la toute première sollicitation suivie du Black-Out et des excuses bidons, elles-mêmes suivies d’un silence assez long, je vois le Trou du Cul poster sur son mur : Teaser de l’Application Iphone de « Trouduculand » plus que quelques jours à attendre…

Voilà, le Trou du Cul, au-delà d’avoir des Goûts de Chiotte (jusque-là…) a non seulement un comportement en phase avec son éducation, mais en plus je crois un sens commercial et un courage à la hauteur de son orifice…

Alors j’appelle ça quand il s’agit de nouvelles technologies, non pas de Stratégie (on volerait trop haut avec trop de vision), mais La Tactique du Trou du Cul 2.0…

Il va continuer dans le Show Off, avoir son Appli Iphone tombée sans doute du camion elle aussi , téléchargée par personne si ce n’est peut-être 3 pseudo stars du PSG Handball pour lui faire plaisir, et vu le respect commercial dont il a fait preuve avec ses fournisseurs (et sans doute clients potentiels), avoir sans doute un jour la mauvaise surprise d’avoir un chiffre d’affaires (et une e-reputation) à la hauteur de ses valeurs… Le Web Sémantique faisant partie intégrante de l’algorithme Google Panda, je ne serais pas étonné que le mot « Trouduc » soit associé au nom de son établissement, et comme diraient les Tontons Flingueurs : « je s’rais pas étonné qu’on ferme… »

****

tontons-flingueurs

Et si l’avenir collaboratif était mobile ? #e20 #socbiz


by Fredwpt 10/12/2012

Optimize CHR 2.0 Compilateur de Rich Media

Et si l’avenir du collaboratif se trouvait dans votre poche ?

Si j’en crois mon expérience depuis maintenant 6 mois (lancement d’Optimize CHR 2.0),  je me rends compte que les établissements CHRD (Cafés, Hôtels, Restaurants, Discothèques) ont de plus en plus fait basculer leur communication et leurs échanges avec leurs consommateurs sur les Réseaux Sociaux.

Pourquoi ?

1/ parce que leurs sites Web devenaient trop lourd à actualiser, et que les Timelines des réseaux sociaux (majoritairement Facebook dans leur cas) devenaient beaucoup plus faciles à appréhender que leur propre site (nécessitant pour ce dernier souvent un Webmaster ou une agence attitré(e) ) d’ailleurs rarement actualisé désormais. Quoi de plus facile que de poster un nouveau menu du jour, des photos de leurs événements, des News … d’une Timeline ?

2/ parce que ces mêmes Réseaux Sociaux sont déjà « Mobile Native Equiped » alors que les sites Web Classiques ne se voient plus sur les Smartphones, obligeant leurs internautes mobiles à de véritables numéros de contorsionnistes avec leurs doigts pour « pincher » et « scroller » afin de tenter de taper sur le bouton du menu du site…

3/ parce que ces mêmes réseaux sociaux embarquent avec eux de façon native la capacité à gérer de la Vidéo en ligne, des albums photos en ligne, des Flux RSS et des Blogs intégrés (pour Facebook /ex)

4/ parce que ces mêmes réseaux sociaux leur permettent de faire un Marketing Direct ciblé par la Pub avec en Back Offices les mégas Bases de Données Qualifiées de Facebook/Google et consorts

5/ parc que c’est le moyen évident de rentrer en contact avec leurs consommateurs et de gérer, peut-être « gérer » sera d’ailleurs un bien Grand Mot, mais en tout cas être en mesure d’échanger avec les consommateurs et finalement de jouer un rôle sans qu’ils le qualifient ainsi, de Community Manager de leur(s) établissement(s)

Finalement les établissements CHRD sont peut-être en train, sans en prendre vraiment conscience, de donner des leçons de 2.0 aux plus Grandes Entreprises, qui elles, se lancent dans des projets parfois « pas possibles » pour essayer de rendre ses Forces Vives… collaboratives…

Tout ceci m’a permis de prendre conscience d’ailleurs que les Killer-Apps devaient devenir elles-aussi des supports de collaboration.

Aussi Optimize CHR 2.0 leur proposent aujourd’hui :

1/ de récupérer leurs informations institutionnelles de leurs sites Web, et de les remettre dans un format visible par tous

2/ d’intégrer les flux de leur Timlines quels qu’ils soient (Facebook, Twitter, Youtube, Rss etc.)

3/ de les mettre à disposition de tout internaute mobile qui se connectera sur leur site d’origine en greffant un petit code de redirection qui détecte l’appareil mobile et rend visible une concaténation des informations du site web et des réseaux sociaux des établissements

Voilà, le 2.0 mobile est en route ! En tout cas pour les établissements CHRD !

Pour tout renseignement :

http://www.optimize-chr.com/

et pour voir quelques exemples :

https://www.facebook.com/pages/Optimize-CHR-20/312828028790498

 

Harrys Iphone

Menus Horizontaux

Le Harry’s New York Bar Paris vers le Web Mobile #harrysbar #e20 #solomo


Qui n’a jamais entendu parler de la fameuse anecdote des élections américaines, qui veut, que la population américaine à Paris vient voter de façon fictive avant chaque élection du président des Etats Unis au Harry’s New York Bar Paris, et rendre un verdict quasi exact bien avant le dépouillement des vrais résultats ?

En 100 ans, 2 erreurs seulement… et pour des raisons « extra ordinaires »…

Les Média se sont emparés de l’affaire et sont désormais systématiquement présents tous les 4ans au mois de Novembre pour relayer les résultats avant l’heure ! Notre élection franco-française et ses résultats sur les réseaux sociaux avant l’heure ont bien un précédent…, et un énorme !

A propos de Réseaux Sociaux, de diffusion d’infos, le Harry’s New York Bar Paris, est en train de prendre aussi une longueur d’avance sur ses confrères ! En effet, le site Web va prochainement devenir un site mobile, et chacun pourra suivre l’actualité de ce lieu Mythique et quelque part Magique, directement sur son portable !

Vous voulez en avoir un aperçu ? Vous voulez vous aussi contribuer, en tant que Fans du 2.0 à l’élaboration de son site mobile/application :

Flashez donc ce code :

Et n’hésitez pas à nous faire part de vos remarques !

Quand la convivialité du Web 2.0 se retrouve autour d’un verre, ça devient du Web Social IRL vraiment collaboratif 🙂

Cheers !!!

https://www.facebook.com/pages/Harrys-New-York-Bar-Paris/148282981897528

Le CHR en route vers la Web Mobilité ? #e20 #solomo #socbiz


 

1/ Le nombre de connexions internet via Smartphones va dépasser celles des PC/Mac en 2013…

2/ Les Sites Web « classiques » ne sont plus visibles ou ergonomiques sur Smartphones

3/ Les Réseaux Sociaux (et en particulier Facebook) servent désormais de flux éditoriaux (Soirées,  Menus, News) car beaucoup plus faciles d’utilisation que les sites classiques

Comment combiner tout ça pour émerger et rester « visible » sur les Smartphones ?

 

Générer un site Web Mobile directement relié à votre site d’origine devient possible :

 Ex : http://lenext.com    ou fashez : 

 

« Devenez Mobile » avec  http://www.optimize-chr.com

Pour plus d’informations contactez le 06 50 12 29 84

Entreprise 2.0 : cette fois-ci je me lance ! #e20 #socbiz #optimizeCHR


27/06/2012

Longtemps Observateur, voire Observateur Actif, et parfois militant 🙂 je me lance !

Je quitte le Groupe Pernod-Ricard, fort de 15 années de Bons et Loyaux Services (Allied Domecq puis Pernod) à cheval sur le monde fabuleux du CHR (Cafés Hôtels Restaurants Discothèques) et évidemment sur les Nouvelles Technologies et le 2.0, devenues une Passion, pour créer Optimize CHR 2.0

Je me suis longtemps demandé comment La Puissance du Web 2.0, dont on vante les mérites de l’accessibilité par tous, du décloisonnement, dont on se dit qu’il pourrait sans doute profiter aux petits commerçants, depuis des années broyés dans un système concurrentiel de sur-concentration (Grande Distribution /ex)

Je pense qu’il est temps de les aider de reprendre la Parole, et de passer à l’Offensive !

Quels constats peut-on faire aujourd’hui ?

Plus de 50% des internautes vont se connecter sur internet via leurs Smartphone ou leur Tablettes dès 2013, et cela va aller crescendo

Les Sites Internet, véritables Vitrines des commerçants qui ont donc la chance de pouvoir être vus autant que n’importe quel gros mastodonte du Web (en tout cas « sur le papier ») ont besoin plus que jamais d’émerger et d’être vus !

Les Sites Internet (et a fortiori les leurs) ne sont plus lisibles correctement sur un Smartphone… Avez vous déjà essayé de lire un menu, une carte, un événement sur votre Iphone ? Impossible sans avoir des doigts de contorsionnistes … et des yeux de Lynx…

Oui, nous sommes en train de glisser progressivement sur le Fameux « ‘Pas Vus Pas Pas Pris » (en l’occurrence « pas réservé »…) si l’image qu’ils projettent n’est pas en adéquation avec l’attente de l’Internaute Mobile !

Optimize CHR 2.0 est donc créée pour les aider à remédier à tout ça en :

– Les Rendant Visibles à nouveau à moindre cout grâce à la Technologie des Sites Mobiles (=Mini Site détectant automatiquement les connexions via Smarphones ou Tablettes, quel que soit l’OS utilisé – Apple, Androïd, Windows etc. – et s’adaptant au format de l’écran automatiquement) pour un meilleur confort de lecture et de navigation.

– Les aidant et les accompagnant pour améliorer leur référencement Naturel depuis que Google Panda est venu leur compliquer la tache !

– Les aidant à mettre en place une Stratégie de Présence et de Communication 360° sur les Réseaux Sociaux et les différents supports de « référencement » (Cityvox, TimeOut, etc.)

– Les conseillant pour éviter la tentation du Discount à tout prix (Groupon, Lafourchette, etc.) qui procurent à mon avis plus de contributions à la Dégradation de Leur Image de Marque, qu’à l’amortissement de leurs coûts fixes en heures creuses… et en leur garantissant qu’avec un Travail de Fond, on peut tout à fait parvenir aux mêmes fins sans être obligé de « solder » La Valeur de leurs Menus à destination de toute façon de « Chasseurs de Promotions » qui viendront une fois pour la promo, mais qui zapperont aussi vite qu’ils sont venus… sur la Promo suivante…

Voici un aperçu de l’activité d’Optimize CHR 2.0 :

A très bientôt dans ce Monde Convivial du CHR désormais 2.0 !

Fred Poulet
@fredwpt

ps: une petite infographie nous indiquant ce qui arrive « de l’Ouest » sur le sujet  (source Mashable)

Géolocalisation : Comment avance t-elle en France ? #geoloc


Vendredi 25/02 by @Fredwpt

Hier soir avait lieu une Table Ronde @Lacantine (organisée par Nomao) autour des opérateurs Web et opérateurs de géolocalisation & Appli Mobiles
Cityvox, Dismoiou, Plyce, Restopolitan et Nomao

Même si d’autres acteurs importants n’étaient pas là, (Lafourchette.com pour le web et concurrent direct de Restopolitan), Foursquare, Gowalla, Qype, Yelp, et bien sûr… les ogres à venir dans le domaine : Facebook (Places) et Google (Places), c’était l’occasion d’échanger sur les dernières évolutions techniques (ou à venir) concernant les moteurs de recherches (ou applis) liées à la géolocalisation (et aux conseils de ses « friends »)

Rien de bien nouveau à vrai dire, en dehors de quelques évolutions techniques; rien en tout cas qui pourrait (à ce stade) faire croire que les Ogres (Facebook; Google) ont du souci à se faire.

Pour l’instant en effet les Ogres ne semblent pas s’y être intéressés plus que ça; et peut-être heureusement d’ailleurs…

Car je pense qu’il est grand temps de trouver des Axes de Différenciations pour les opérateurs qui se sont lancés dans le domaine et de se créer Un Avantage Compétitif Majeur

En effet, qui pourrait lutter contre les Bases de Données de Clients et Consommateurs que les centaines de Millions de Profils Facebook et Google possèdent déjà ? Là est la clef de leur valorisation et de la puissance de Marketing et de Communication qui en découle. (et accessoirement d’une grande partie de leur valorisation boursière)

Je pense que des Acteurs comme Restopolitan.com et Lafourchette.com sont sans doute à ce stade sur le marché français ceux qui se positionnent comme étant les mieux armés à ce jour en terme de Business Model pour résister et trouver des Armes pour se battre contre les éventuels Ogres Facebook et Google

Beaucoup plus fragiles me semblent être les créateurs d’applications qui sont rentrés par le mode « ludique communautaire » sur ce marché.

Pourquoi ?

– car Restopolitan et Lafourchette ont déjà installé une relation de partenariat commercial durable avec une cible qui est de fait « captive » (les établissements) et avec un Service bien défini : la réservation – discount à distance.

– car ces deux mêmes acteurs sont en train de pouvoir eux aussi qualifier une base de données solide et nouer de fait des partenariats tripartites avec des acteurs qui ont un lien direct avec leurs établissements partenaires (les Industriels)

Les acteurs de « géolocalisation ludique » ont à ce stade donné la possibilité à ces mêmes établissements de faire des offres eux mêmes à leurs consommateurs, ces mêmes consommateurs pouvant recommander à leurs « amis » lesdits établissements. Mais les établissements ont déjà fort à faire dans leur métier d’origine et ne sont pas des experts du Marketing Local.

En revanche il existe des pistes qui pourraient faire que les acteurs de Géolocalisation sortent leur épingle du jeu : s’ils arrivent à produire un service non pas à l’établissement mais aux consommateurs, qui va au delà de la capacité à réserver, de devenir « Mayor », et/ou de récolter très occasionnellement un coupon de réduction. (encore faut-il qu’il passe dans le coin et que la barrière des possibles « sur-notifications Push » soit résolue)

– Penser à constituer eux-mêmes une Base de Données consommateurs colportant une qualification aboutie (autre que J’aime – J’aime pas, ou colportant quelques annotations autres que : « cool; sympa; top… » afin d’avoir une Base de Donnée permettant une vraie qualification par le consommateur des produits ou services recommandés. (ça c’est potentiellement de l’or en barre pour eux car les Marques Nationales vont forcément s’y intéresser)

– Penser à trouver le Service qui fera la différence : Réalité Augmentée ? oui peut-être, mais bon… on ne va pas de promener en permanence avec le bras tendu… A mon avis, ce qui pourrait à terme faire la différence, est la capacité de donner la possibilité au consommateur d’arbitrer entre Prix et Distance à parcourir. Le jour où un opérateur aura trouvé un partenariat avec un Nielsen, un Kelkoo, Shopping.com, et aura la capacité de recenser les prix des articles, services rendus autour de sa position avec le choix de le chercher le moment venu (et non via de multiples notifications potentiellement polluantes), et d’arbitrer entre le fait de faire 10km de plus pour 50 euros de moins, alors là, ils auront sans doute trouvé une pépite à exploiter ! S’ils arrivent de plus à tracker les habitudes de consommations de leurs « consommateurs captifs et mobiles », ils auront une Base de Données très très intéressante à… vendre.

C’est tout le mal qu’on leur souhaite, car vu l’énergie et la passion déployées par tous ces opérateurs et créateurs d’entreprise, ce sera un juste retour sur Investissement !

Bonne Chance à eux !

Géolocalisation sur mobiles – Le dossier de la CNIL


 » Google Latitude « ,  » Foursquare « ,  » Plyce « : les sites ou les applications de géolocalisation mobile sont de plus en plus répandus. Ils permettent d’indiquer à un réseau de connaissance où l’on se trouve et de localiser ses amis.

Quels services proposent ces sites?

Il existe aujourd’hui des centaines de sites et applications mobiles qui proposent des services basés sur la géolocalisation des utilisateurs. On peut notamment citer  » Google Latitude » qui permet d’indiquer où l’on se trouve en temps réel et de géolocaliser ses amis en leur envoyant au préalable une invitation. « Twitter » et bientôt « Facebook » permettent également aux utilisateurs de partager leur localisation. Enfin, « Foursquare » ou le français « Plyce » permettent à chacun de repérer, depuis son téléphone mobile, ses amis qui sont à proximité. Les utilisateurs peuvent aussi recommander et donner leur avis sur leurs lieux favoris comme des restaurants ou des cafés.

©Google

Comment ces sites font-ils pour localiser l’utilisateur?

Plusieurs techniques sont exploitées selon les fonctionnalités du téléphone et la nature des réseaux disponibles.
Les applications peuvent utiliser les puces de géolocalisation satellite GPS intégrées dans les nouveaux téléphones mobiles. Elles sont aussi capables de s’appuyer sur la localisation de l’antenne relais du réseau de téléphonie mobile, ou encore sur la détection d’un réseau WiFi connu. Enfin, l’utilisateur peut également indiquer manuellement quelle est sa localisation.

Est-il possible de contrôler quand et par qui on peut être géolocalisé?

La plupart de ces services intègrent des mécanismes permettant de définir précisément la diffusion de ses informations de géolocalisation. Un utilisateur peut notamment désactiver ou suspendre le service à tout moment, et peut également sélectionner les contacts qui sont autorisés à accéder aux données de localisation.

Cela ne passe pas systématiquement par l’opérateur de téléphonie mobile?

Non, les sites n’ont pas forcément besoin de la coopération des opérateurs de téléphonie mobile pour obtenir les données de localisation des téléphones portables.

Quels peuvent être les risques de la multiplication des services de géolocalisation par rapport à sa vie privée?

Le risque inhérent à tous les réseaux sociaux est celui de partager trop d’informations personnelles sur soi.
C’est d’ailleurs ce qu’ont voulu dénoncer les créateurs du site anglais PleaseRobMe.com (« Cambriolez-moi s’il vous plaît »). Ce site recense les maisons vides à partir de tweets type « parti de chez moi, suis au Starbuck » localisés via le service Foursquare. Une façon efficace d’attirer l’attention des internautes sur une tendance potentiellement dangereuse.

Est-ce que ces services peuvent aussi servir à des fins de prospection commerciale?

La CNIL est très vigilante concernant la réutilisation des données à des fins marketing. En sachant où vous vous trouvez, vos données de géolocalisation pourraient être utilisées pour vous envoyer de la publicité ciblée. Par exemple, en sachant que vous vous trouvez dans un rayon de moins d’un kilomètre d’une grande enseigne de prêt à porter, vous pourriez recevoir un SMS vous indiquant les promotions de ce magasin. Le marketing ciblé basé sur de la géolocalisation n’est pas interdit. Il faut cependant que les personnes souscrivant à des services de géolocalisation ayant pour objet de localiser ses amis, aient conscience de la possible réutilisation à d’autres fins et puissent, le cas échéant, s’y opposer.

Pour aller plus loin:

Selon le cabinet d’études Gartner, le nombre d’utilisateurs de services basés sur la localisation (Location-Base Services ou LBS) devrait atteindre 95,7 millions d’ici la fin de l’année 2010 1.
Voici une présentation de quelques uns de ces services:
– Foursquare, Gowalla, Brightkite, Loopt, Plyce et Dismoioù 2 sont axés sur le partage de sa localisation avec ses contacts ; ils fonctionnent aussi sur le principe du  » bon plan « . Les utilisateurs peuvent recommander et donner leur avis sur leurs lieux favoris (restaurants, cafés, …). Leur particularité est de proposer des  » coupons numériques « , c’est-à-dire des bonnes affaires ou des réductions dans les magasins partenaires du site.
– Checkin Mania 3 regroupe les informations de la plupart des réseaux précédents.
– Google propose plusieurs services notamment Buzz et Latitude qui permettent aux utilisateurs de partager leur localisation.
– MobiLuck 4 est un site Internet proposant le même type de services que Google Latitude. Il permet de partager sa position avec ses amis et de créer des alertes SMS lorsqu’un contact se trouve à proximité.
– Skout, Twitter, Aka-Aki et prochainement Facebook 5 permettent aussi aux utilisateurs de partager leur localisation en plus du service normal.
– Socialight 6 est un outil qui permet de créer son propre réseau social sur Internet et sur iPhone en intégrant la fonctionnalité de localisation.
– En général, les applications disponibles sur Smartphones, notamment sur iPhone et Android, peuvent accéder aux données de localisation de l’utilisateur. On peut ainsi citer les applications PagesJaunes, AroundMe, Premiere, Google Earth, Voila! Ou Allociné qui utilisent la localisation de l’utilisateur pour fournir certains de leur services.
– Fire Eagle 7 est un outil permettant de d’indiquer sa position via des systèmes tiers. Par exemple, il permet de partager sa position sur son blog.
– Ootay 8 permet de localiser un téléphone portable, après avoir obtenu l’accord du propriétaire.
– La solution Computrace 9 , de la société Absolute Software Corporation, permet de tracer les équipements (ordinateur ou téléphone), avec enregistrement de l’historique des déplacements.

1 http://www.generation-nt.com/services-geolocalisation-gps-gartner-etude-evolution-actualite-831471.html
2 http://foursquare.com/ (US), http://gowalla.com/ (US), http://brightkite.com/ (US),
http://www.loopt.com/; (US), http://www.plyce.fr/ (Français), http://dismoiou.fr/ (Français)
3 http://www.checkinmania.com/
4 http://www.mobiluck.com/fr/
5 http://www.skout.com/, http://twitter.com/, http://www.aka-aki.com/, http://www.facebook.com/
6 http://socialight.com/
7 http://fireeagle.yahoo.net/
8 http://www.ootay.fr/
9 http://www.absolute.com/fr_FR/products

Liens:

Comment faire du business avec DisMoiOù, Foursquare, Gowalla… ?


26. Mar, 2010  Source http://frenchweb.fr

Plus de 500 000 télechargements de l’application DisMoiOù, 570 000 utilisateurs qui ont contribué 800 000 fois, plus 300 000 adresses, les guides associant géolicalisation et socialisation sont les services les plus hypes du moment.

Ils s’appellent Foursquare, Gowalla, et le français Dismoioù (Tellmewhere ,-), et s’utilisent principalement via iPhone, BlackBerry, Mobile sous Android, mais aussi le web. Leur succès est si rapide que les développeurs de Facebook et Twitter s’agitent pour réaliser leur propres service de géolocalisation. Mais au delà du buzz, comment faire du business avec?

Démarrons par le début, vous êtes restaurateur, coiffeur, vendeur de vêtement, bref commercant, créez un compte chez les principaux guides, puis déclarez l’existence de votre établissement d’un simple “check in”, et indiquez l’ensemble des coordonnées (tel/mail/site web/twitter, etc.). Pensez déco, une jolie photo, un descriptif vendeur, sur Dismoioù.fr faites le en français, sur Foursquare, et Gowalla en anglais).

DisMoiOù, Foursquare, et Gowalla invitent les utilisateurs à donner leur avis sur les lieux visités. Autant d’occasions pour un commercant d’entendre ce que pensent de lui ses clients, de comprendre leurs attentes, de répondre à leurs déceptions. Bref un lieu conversationnel à prendre en compte. Identifiez vos clients réguliers, ceux qui ne sont pas venus depuis longtemps et n’hésitez pas à les solliciter via un ping ou un message personnel leur proposant une promotion exclusive.

DisMoiOù propose un service de couponing particulierement malin qui permet à un internaute lors de son choix de restaurant ou de coiffeur, de découvrir les promotions proposées par les commerçants dans le quartier où il est. Pour bénéficier de la promotion (un verre, un shampoing offert, …) il lui suffit de présenter le coupon sur son iPhone, un check in enregistre son utilisation. Pour le commercant, c’est le bon moyen d’acquérir de nouveaux clients tout en maitrisant son budget. Il est possible directement via l’espace en ligne destiné aux professionnelles de définir son budget, le montant de la promotion et sa période d’utilisation. DisMoiOù perçoit une commission de l’ordre de 3 euros par coupon.

De son coté, l’américain Foursquare s’apprète à lancer Foursquare Analytics, un service qui permettra à un commerçant de mieux connaitre ses clients, ou prospects qui lui rendent visites, ou sont dans son quartier. Il pourra ainsi mieux connaitre les jours, heures d’affluences, qu’il s’agisse d’hommes ou de femmes, de leur tranche d’age, etc. Autant d’informations très utiles pour créer des offres pertinentes, pour améliorer ses ventes.

En attendant, Starbuck a déjà innové en utilisant la dimension ludique de Foursquare, au travers d’un programme de récompense virtuelle en utilisant la fonction badge.

LIRE LA SUITE SUR : http://frenchweb.fr/comment-faire-du-business-avec-dismoiou-foursquare-gowalla/

Le PDG de Google au monde : priorité au mobile


Eric  SchmidtDans un discours prononcé lors du Mobile World Congress à Barcelone, Eric Schmidt (P-DG de Google) met les appareils mobiles au centre de l’univers informatique. Il a vanté leur importance en des termes élogieux et a exhorté les développeurs d’applications à travailler en tout premier lieu sur les mobiles (avant les ordinateurs de bureau)

Pour rappeler l’importance des mobiles à une audience blasée par l’évidence de certaines de ses déclarations, Eric Schmidt a rappelé leur rôle avec l’aide qu’ils ont apporté à 2 victimes du tremblement de terre de Haïti : l’une d’entre elles avait utilisé son téléphone portable pour aider les secours à la localiser, et l’autre (un homme) avait utilisé une application iPhone pour diagnostiquer ses blessures.

Toutefois, pour Google et les autres sociétés, la valeur des téléphones mobiles tient à leur taux d’adoption et à leur grand nombre présent entre les mains des utilisateurs. Schmidt a signalé que les ventes de smartphones augmentent de 30% d’année en année et vont bientôt dépasser les ventes mondiales de PCs. Il a fait valoir que le taux d’adoption du Web mobile est 8 fois plus rapide que celui du Web il y a 10 ans à partir des PCs de bureau. Il a ajouté que la moitié des connexions internet sont faites à partir de mobiles et que, dans les pays émergents, les recherches sur Google à partir de mobiles sont majoritaires.

Pour Eric Schmidt, l’avenir des appareils mobiles, incluant l’OS mobile Android de Google, nécessite la fusion de 3 éléments : une grande puissance de calcul, une connectivité réseau efficace et l’utilisation de serveurs en cloud computing.

Android a catapulté Google au centre du marché mobile : 26 appareils sur le marché avec l’aide de 65 partenaires dans 48 pays. Il estime que 60 000 smartphones Android sont livrés chaque jour (soit un doublement par rapport au dernier trimestre).

En réponse à une question, Schmidt a déclaré qu’il préssentait que la vidéo conférence pour mobile est la prochaine application intéressante qui requierera la puissance de réseaux tels que LTE (4G) et WiMax.

Will Stofega, analyste chez IDC a confié à Computerworld qu’il pense que ce que Schmidt a déclaré est intéressant mais qu’il n’y aura pas assez de spectre radio si tout le monde se connecte sans fil. Il ajoute que nous avons besoin d’une réorganisation et d’une rationalisation de la manière dont le spectre radio est utilisé.

Source : PC World