Restaurants Attention : #lafourchette vous la fait à l’envers, avec la caution des Pages Jaunes


by Fredwpt 18/09/2014

Non contents d’acheter les mots clefs des établissements dans Google Adwords, voilà que Lafourchette semble aller 10 crans plus loin !

Ils avaient en effet jusque là adopté dans beaucoup d’endroits, la méthode des OTA ( « Online Travel Agency » comme Booking, Expedia etc.) vis à vis des hôtels, qui était d’acheter sur Google Adwords, les noms des établissements pour venir se positionner au dessus d’eux dans les résultats de moteurs de recherche, afin de capter les réservations via leur site Lafourchette, au détriment des réservations directes auprès des établissements.

Capture d’écran 2014-09-27 à 12.53.36

Souvent décriés par ces mêmes établissements, car selon eux, provocant des baisses de marges très sensibles en favorisant les menus sous promotion. Certes efficaces pour pallier notamment des journées « creuses » et remplir les restaurants à coups de promos. Mais rapportant, selon les dires des Restaurants en question, une clientèle « chasseuse » de promotion et en aucun cas fidèle, et prête à revenir après la promotion.

Une tactique certes payante pour faire du « volume », mais critiquable d’un point de vue « image discount » donnée aux restaurants, donc in fine peu « Premium ».

Voilà que Lafourchette va désormais 10 crans plus loin, avec la caution manifeste des Pages Jaunes, dans le détournement de clientèle !

Manifestement un accord a été passé entre Lafourchette et les Pages Jaunes, pour que Lafourchette vienne greffer dans les fiches clients des pages jaunes leur module de réservation, et que ce dernier soit beaucoup plus « visible » que les informations permettant à un client potentiel de réserver directement auprès du restaurant recherché. « Plus Visible » étant un euphémisme…

capture-d_ecc81cran-2014-09-18-acc80-08-42-42

L’internaute aura donc tendance à se dire, y compris si ça n’est pas le cas, réservons donc en promotion ! et donc passer par Lafourchette, qui au passage se prendra une commission de réservation sur le dos du restaurant, non content de déjà dégrader ses marges…

Mais là où le bat blesse d’autant plus, c’est que ni Lafourchette, ni Les Pages Jaunes, semblent avoir pris la peine d’en informer les restaurants concernés.

Nul doute que si ces pratiques se généralisent, ce qui semble être le cas, je pense que Lafourchette et les pages jaunes pourraient avoir « un réveil pénible » comme diraient les Tontons Flingueurs.

En tout cas, pour ma part, je trouve cela non seulement « cavalier », mais même « inadmissible » !

Capture d’écran 2014-09-18 à 08.42.20

Publicités

#RSE #E20 Les Vertus et Limites du 2.0 et du Collaboratif


By Fredwpt 03/06/2011

Je dénonçais dans un précédent billet l’excès d’enthousiasme autour du 2.0 et des RSE, et de certains consultants qui oublient d’en donner également les Inconvénients, prônant uniquement les Vertus (bien réelles, mais souvent exagérées) ou Gageures que la Technologies et le Collaboratifs pourraient produire à terme, et en oubliant de citer bien évidemment que tout ne peut pas se faire en Collaboratif, et que ça n’est sans doute d’ailleurs pas souhaitable…

Les Vertus semblent pour autant bien exister, et ne sont pas remises en cause :

– Décloisonnement; Participatif; Collaboration; Echanges

– Expression des Salariés, Prise de Parole, Exposition

– Effets Rebonds des idées (capillarité), et donc apprentissage informel, Social Leraning, Groupes d’Innovation Participative, CroudSourcing

– Rapidité de circulation des informations, Transversalité, et Recherche d’expertise (grace au Moteur de Recherche et aux Profils Riches permettant de trouver La ou Les Bonnes Personnes expertes sur un sujet donné) : la Rapidité d’accès à l’Information et de Recherche étant sans doute l’évolution majeure que la Tecnologie Web 2.0 a permise (Wiki, Moteurs Sémantiques, Forums, Créations de Communautés)

En revanche, on oublie souvent de donner les Limites du Collaboratif et du 2.0 :

– L’effet de Taille des Entreprise, et de la quantités d’informations à gérer n’a pour l’heure pas été totalement palliée, malgré les Moteurs très puissants: et L’intelligence Collective n’est pour l’instant cantonnée la plupart du temps à des périmètres restreints (cf.Billet sur L’Holoptisme et le Panoptisme https://fredwpt.wordpress.com/2011/05/24/rse-2-0-en-entreprise-ou-en-est-lintelligence-collective-rse-e20/)

– On oublie souvent que la Hierarchie est également synonyme de Compétence et de Vision, que les collaborateurs si talentueux soient-ils ne peuvent pas pour des raisons de plus faible expertise et expérience d’une part, pour des raisons de Vision Consolidée des Enjeux Stratégiques) se substituer à la Gouvernance Suprême de l’organisation. Si la créativité 2.0 allait plus vite qu’un Steve Jobs et son équipe rapprochée, ça se saurait déjà…

– Le Collaboratif à outrance n’est de toute façon pas souhaitable pour Diriger et Décider de la Vision, de la Stratégie et des Axes Stratégiques, et de la Prise de Risques. Si nos Patrons sont aussi bien rémunérés, c’est qu’il y a sans doute, et pour un temps encore, des Raisons… Et même si eux-mêmes commencent à croire aux Vertus du 2.0, il n’en reste pas moins que la plupart des Décisions et des Plans d’actions Impliquants seront décidés (heureusement) par eux.

Le collaboratif à outrance engendre d’ailleurs assez souvent un Méga Brainstorming d’idées, mais se confond aussi assez souvent dans un Mouvement Brownien qui, sauf Imput d’un très Bon Community Manager ou d’une Gouvernance bien huilée, va finir par provoquer Inertie ou détriment de l’efficacité. (Workflow non abouti, Pas d’incitation à l’action, Qui fait Quoi Comment dans le déploiement et la mise en oeuvre des idées ? etc.)

Rappelons aussi qu’en cas de Danger, si un Capitaine de Bateau se met à faire du Collaboratif pour savoir quelle décision prendre, il risque une avarie plus que certaine.

– Dans les Phases de Management, et notamment dans l’Apprentissage ou la Formation, le Collaboratif n’est qu’une des nombreuses facettes de la manière de manager.


Dans les Phase  1/ et 2/ « Inconsciemment-Incompétent » et « Cosnciemment-Incompétent », le collaborateur ne va pas demander qu’on le fasse participer, il va demander (ou cela va nécessiter plutôt) que le Manager soit Directif avec lui:

C’est l’apprentissage obligatoire du code de la Route avant de prendre le Volant.

La Confidentialité de certaines données fera qu’elles ne pourront être gérées en Collaboratif

Bref, tout une somme de raisons bien souvent occultées dans les articles qui mettent en Avant (encore une fois à juste raison) le 2.0.

Mais il ne fait pas tout, et doit sans doute ne pas devoir tout faire.