Star de la Toile, Second Life se tourne désormais vers les entreprises


Source : Les Echos.fr

[ 16/03/10  ] 1 commentaire(s)

Le monde virtuel Second Life a vu sa base d’utilisateurs se stabiliser. Fini l’époque où la société était omniprésente sur le front médiatique  : elle vise désormais le marché professionnel, avec des offres dédiées.

Il y a trois ans, Second Life était la star de la Toile et des médias. Le monde virtuel était « the place to be » pour les marques, les associations et même les partis politiques. Depuis, le buzz est retombé, beaucoup d’utilisateurs sont partis, mais la société américaine reste optimiste. « On parle moins de nous, mais nous avons toujours une base d’utilisateurs fidèles : un million de personnes se sont connectées au service lors du dernier mois, dont 650.000 actifs, qui y ont passé plus d’une heure, et 50.000 en France », souligne Mark Kingdon, PDG de Linden Lab, la société qui édite Second Life. C’est moins qu’à la belle époque, mais cela permet à l’entreprise, selon ses dirigeants, de dégager des profits. «  Nous sommes leaders sur le marché des biens virtuels [ces objets que les utilisateurs peuvent acheter pour leur avatar : vêtements, maison, NDLR] et nous nous développons sur le segment du « B to B » », résume Mark Kingdon.

Perspectives de croissance

Car c’est bien là la nouvelle source de croissance de la société, qui offre à ses clients des solutions clefs en main pour qu’ils développent des outils de travail collaboratif, d’« e-learning » et des « conference calls ». Avec une touche ludique qui a déjà séduit quelques grands comptes, comme IBM, qui a supprimé certaines réunions physiques pour les tenir dans Second Life et estime avoir ainsi économisé 320.000 dollars par an, ou encore Michelin. «  Les bénéfices sont importants pour une entreprise, avance Mark Kingdon. Non seulement nous proposons des outils efficaces, comme la voix ou la possibilité de visualiser tous types de documents directement dans l’interface, mais nous sommes aussi un outil de socialisation. Après une réunion sur Second Life, les collaborateurs restent souvent pour discuter d’une manière plus informelle. »

Ces solutions présentent aussi l’avantage d’être « low cost » : selon les responsables, elles peuvent aller de 300 à plusieurs milliers de dollars par mois. Une nouvelle offre a même été mise en place, Second Life for Enterprise, qui permet d’implémenter le monde virtuel sous le pare-feu de l’entreprise.

Bientôt une application iPhone

Pour le moment, le chiffre d’affaires « B to B » reste inférieur à celui réalisé avec le grand public. Mais cela pourrait ne pas durer. Selon Gartner, en 2012, 50 % des entreprises auront leur propre monde virtuel. Et les développements technologiques pourraient enfin sourire aux acteurs du marché, alors même que les utilisateurs de Second Life se sont souvent plaints de ratés techniques. Linden Lab travaille ainsi sur l’adaptation de son service aux écrans 3D. « Et « Avatar », le film de James Cameron, n’est plus très loin, s’enthousiasme Mark Kingdon. Au Cebit, nous avons vu des démonstrations de techniques permettant de commander son avatar par la pensée, grâce à des électrodes. Comme dans le film» Dans l’immédiat, la société développe son application iPhone, qui devrait permettre d’accéder au monde virtuel depuis n’importe quel endroit.

NICOLAS RAULINE, Les Echos
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s