24 millions de cyberacheteurs en France


Par Florentin Collomp
02/02/2010 | Mise à jour : 14:14
Réactions(10) <!–

.

–>

INFOGRAPHIE – Le commerce en ligne ne connaît pas la crise: son chiffre d’affaires a bondi de 26% en France en 2009. Mais il reste plus de deux fois inférieur à celui réalisé par les sites marchands en Grande-Bretagne.

Durant la pire crise traversée par l’économie mondiale depuis 1929, le commerce électronique n’a pas cessé sa progression. Le chiffre d’affaires réalisé en ligne par les cybercommerçants a atteint 25 milliards d’euros, une hausse de 26% en un an. La croissance se poursuit donc à une vitesse galopante: l’activité a été multipliée par dix depuis 2002. Le commerce électronique pèse désormais un peu plus de 4% des ventes de détail (hors alimentation et produits pharmaceutiques). Et les projections sont optimistes: selon la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), qui présentait ce bilan mardi, le montant pourrait atteindre 46 milliards dès 2012. La progression de 2009 s’est notamment nourrie de la création de 17.000 nouveaux sites marchands, soit deux toutes les heures!

La France compte 24,4 millions de cyberacheteurs (+9% en 2009), soit sept internautes sur dix. Ils ont réalisé chacun 11 achats dans l’année, pour un montant moyen de 90 euros, en légère baisse. «Cette baisse n’est pas une mauvaise chose, cela témoigne d’une démocratisation», réagit Jean-Emile Rosenblum, fondateur de Pixmania. Pour François Momboisse, président de la Fevad et responsable du développement de Fnac.com, cinq facteurs expliquent cet engouement: «les prix bas, le choix, la liberté ainsi que les spécificités liées à l’internet que sont les produits d’occasion et un bilan écologique inférieur». «L’e-commerce, c’est l’hyper d’aujourd’hui», résume Pierre Kosciusko-Morizet, de PriceMinister.com, qui a connu une hausse de 25% de son chiffre d’affaires en 2009 et mise sur une croissance encore plus forte cette année.
Reste que l’Hexagone affiche un retard conséquent par rapport à nos voisins, l’Allemagne ou la Grande-Bretagne. Le chiffre d’affaires réalisé sur Internet est plus de deux fois supérieur outre-Manche (56 milliards d’euros). La forte progression française est aussi due à un effet de rattrapage. «On sent que quelque chose est en train de se passer, estime Xavier Garambois, DG France d’Amazon.com. Ce n’est que le début, l’avenir est devant nous».

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s